Feeds:
Записи
Комментарии

Archive for the ‘smth i like’ Category

Моргая, человек закрывает глаза на 400 миллисекунд. Таким образом, он не видит 6 секунд из каждой минуты. Это, к примеру, означает, что из полуторачасового фильма для зрителя «теряются» 15 минут. Такие данные приводят японские учёные, решившие узнать — каким образом при просмотре видео люди умудряются не пропустить важную визуальную информацию.

В экспериментах принимали участие 18 добровольцев: по девять мужчин и женщин в возрасте от 22 лет до 31 года. Моргание каждого из них фиксировала аппаратура.

Сначала испытуемым показывали телешоу «Мистер Бин». Такой выбор учёные обосновали тем, что это динамичное видео, требующее внимания, можно смотреть без звука, всё понятно и так.

Во второй фазе опыта участникам демонстрировали фоновую зарисовку с тропическими рыбами и ландшафтами Эгейского моря. В третьей части добровольцы слушали аудиокнигу «Гарри Поттер и философский камень». Затем учёные провели серию экспериментов повторно и сравнили данные о моргании.

«Наше исследование — первое, которое показывает, что моргание отлично скоординировано при просмотре видео. Похоже, человек бессознательно выбирает наилучший момент для моргания, чтобы свести к минимуму вероятность потери важной информации», — сообщил один из авторов работы доктор Тамами Накано (Tamami Nakano).

Read Full Post »

Dance.

Я раб ритма. Я как палитра. Я танцую так, как чувствую в эту секунду. Если ты начинаешь размышлять, то все, ты – труп. Выступать – это не про разум, это про чувства.

Read Full Post »

Cute

^_____________^

Read Full Post »

Une conte qui m’a plu *-*

L’ETOILE DE NOËL
Michel Piquemal

 

CHAPITRE 1 :
UN DROLE DE BONHOMME
C’était la nuit de Noël et Jonathan était triste. il marchait seul dans les
rues de la grande ville. Autour de lui, une foule de gens pressés faisaient
leurs derniers achats avant le réveillon. Ce n’étaient pas ses habits de
guenilles ni sa pauvreté qui rendaient triste Jonathan. Depuis la mort de
ses parents, il en avait pris l’habitude.
Il n’était d’ailleurs pas le seul gamin des rues loqueteux* dans cette
Angleterre de misère… Mais on était le jour de Noël ! C’était la coutume
de recevoir des cadeaux. Et lui n’aurait rien ! Il trouvait le Bon Dieu
injuste.
Il s’assit sur un banc et se mit à pleurer, tandis que tombaient quelques
minces flocons fragiles comme du duvet.
Un homme s’approcha doucement de lui :
— Eh là, gamin, on est le jour de Noël ! C’est pas chrétien de pleurer ainsi.
Jonathan leva les yeux…
Il aperçut un drôle de bonhomme qui poussait un vieux landau rempli
de ferrailles. Sa barbe était si épaisse qu’on voyait à peine son visage. Son
manteau était rapiécé. Le bout de ses souliers bâillait. Il avait vraiment
tout du clochard… Pourtant, il portait un chapeau melon flambant neuf
et ses yeux brillaient d’une étrange lumière.
— C’est bien pour ça que je pleure, maugréa Jonathan. C’est le jour de
Noël et personne ne me fera de cadeaux.

 

CHAPITRE 2 :
UNE ETOILE DU CIEL

Le vieil homme parut embarassé :
— Allons, allons !

Il fureta dans sa ferraille, sans doute à la recherche de quelques vieux

jouets déglingués qui se perdent parfois au milieu des poubelles, mais il
ne trouva rien. Il se gratta la tête, bien embêté…
Puis il s’assit à côté de Jonathan et le prit par l’épaule :
— Approche un peu, petit homme !
Jonathan se serra contre lui.
— Ecoute, je vais te dire un secret.
Jonathan ouvrit de grands yeux ronds :
— … Un secret ?
— Je suis un magicien, petit homme… et je vais te faire un cadeau comme
personne n’en a jamais eu.
Les yeux de Jonathan s’ouvrirent encore pareils à deux pièces d’une
livre*, tandis que l’homme dressait le doigt vers le ciel.
— Tu vois ce point lumineux, tout là haut, juste à côté de la grosse boule
brillante qu’on appelle l’étoile du berger ?
— Oui ! souffla Jonathan.
— Eh bien, c’est l’astéroïde 253. Je te le donne. Ce sera ton cadeau de Noël !
— Merci monsieur ! C’est gentil ! Mais que ferai-je d’une étoile du ciel ?
— Allons, ne comprends-tu pas ? Ce sera ta bonne étoile. Elle te portera
chance. Elle t’amènera l’amitié, l’amour, la bonne fortune… Elle te
réchauffera lorsque tu seras perdu…
— Mais comment saurai-je que c’est la mienne ? Et si quelqu’un veut me la
prendre ?
— Alors là, répliqua le magicien en souriant, voilà un problème qui va être
vite résolu.

 

CHAPITRE 3 :
UN TAS DE CHIFFONS

Il sortit de sa poche un morceau de papier, un crayon, et se mit à

griffonner :

TITRE DE PROPRIETE DE L’ASTEROÏDE 253

Moi, le magicien du ciel
j’atteste qu’en ce jour de Noël 1892,
je fais don de cette étoile à…
— Au fait, comment t’appelles-tu, mon petit ?
— Jonathan Finn… avec deux N.
— … fais don de cette étoile à Jonathan Finn.
Je signe et puis voilà.
Il tendit le papier à Jonathan qui le sera contre son coeur puis se perdit
dans la contemplation de son étoile. Il était désormais propriétaire, et pas
de n’importe quoi. De l’astéroïde 253 ! Lorsqu’il sortit de sa rêverie, le
bonhomme avait disparu. Et il n’y avait même pas de trace de roues dans
la neige.
Cette disparition était si étrange que Jonathan crut même un instant qu’il
avait tout imaginé… Pourtant, il avait bien entre ses mains le titre de
propriété.
Il courut à toutes jambes dans les rues de la ville, gai comme il ne l’avait
jamais été. Puis il s’arrêta près de la cathédrale pour chanter à pleins
poumons un cantique de Noël.
Deux vieilles dames lui donnèrent un peu de monnaie. Un boulanger lui
porta une grosse miche de pain chaud.
Jonathan tourna les yeux vers son étoile pour la remercier. Il alla
s’asseoir sous un porche près d’un tas de chiffons et arracha un bout de
croûte de son pain. Une délicieuse odeur lui monta aux narines. C’est
alors que le tas de chiffons bougea.

CHAPITRE 4 :
UN SOURIRE QUI BRILLE COMME UNE ETOILE

Ce n’était pas un tas de chiffons. C’était une petite fille qui essayait de se
réchauffer sous une couverture.
Jonathn lui donna un morceau de pain qu’elle engloutit en le regardant
avec de pauvres yeux tristes.
Jonathan se sentit si heureux qu’il aurait voulu que tout le monde soit gai
comme lui. Il partagea avec elle la grosse miche de pain, mais elle gardait
toujours ses pauvres yeux plus transparents que l’eau.
Avec son argent, il courut lui acheter des sucres d’orge. Mais la fillette
n’eut qu’un pâle sourire qui fendit le coeur de Jonathan.
Alors, il se tourna vers son étoile et cela lui donna une idée :

— Tu vois ce petit point qui brille, lui dit-il, là, à gauche, tout prêt de
l’étoile du berger… eh bien, c’est mon astéroïde à moi.
La fillette ouvrit des yeux grands comme des soucoupes.
— Je ne blague pas ! ajouta Jonathan. Regarde mon titre de propriété. C’est
le magicien des étoiles qui me l’a donné.
Et il lut à haute voix :
— » J’atteste qu’en ce jour de Noël 1892, je fais don de l’astéroïde 253 à Jonathan
Finn. » Et Jonathan Finn, c’est moi !… Ca t’épate drôlement, pas vrai ?
Cette fois, la petite fille paraissait émerveillée.
— Eh bien, ajouta Jonathan, si tu me fais un vrai sourire, je t’en donne la
moitié. Je garde le côté près de l’étoile du berger et je te donne l’autre.
Le visage de la fillette s’illumina…
Elle lui pressa la main de ses petits doigts maigres et ils partirent tous les
deux sur la route enneigée, en direction de leur bonne étoile.

Read Full Post »

^^

Чем дальше от понедельника, тем добрее утро.

Read Full Post »

Sweet December <3

Read Full Post »

Глаза умеют говорить,
Кричать от счастья или плакать,
Глазами можно ободрить,
С ума свести, пуститься в драку…

Словами можно обмануть,
Глазами это — невозможно.
Во взгляде можно утонуть,
Если смотреть неосторожно…

Не знают устали глаза,
Что видят всюду, то внимают,
Пусть не коснется их слеза,
Лишь счастьем пусть они сияют.

Их взгляд, как меч,пронзает все,
Они-как древний врачеватель,
Они-с душою заодно,
Так сотворил их наш создатель.

Когда душа любви полна,
Глаза загадочны, как вечность,
В них счастья светится волна
На море жизни безмятежной.

Read Full Post »

Older Posts »